La Parentalité Positive

Les 5 erreurs responsables de l’échec de la parentalité positive

Bienvenue sur L'Équation Familiale

Si tu partages les valeurs de la parentalité positive, et que tu rencontres des difficultés avec tes enfants ? Que tu aimerais retrouver l’harmonie et la sérénité dans ta famille. Je te propose que nous fassions ensemble le bilan personnalisé de ta situation pour trouver des solutions. Alors réserve ton RDV avec moi. 

Si aujourd’hui tu penses que la parentalité positive ne fonctionne pas. Si tu penses qu’elle se résume à parler mielleusement à ton enfant, à lui dire que tu comprends sa colère, à devoir contenir tes propres émotions pour rester bienveillant …


Si tu penses tout cela, c’est sans doute que tu ne parviens pas à adopter la parentalité positive dans ton quotidien.


Dans cet article, je vais t’expliquer pourquoi tu n’y parviens pas mais aussi les 5 erreurs que tu as pu faire et qui sont à l’origine de tes difficultés.

 

 

ERREUR N°1 : VOULOIR SATISFAIRE TOUS LES BESOINS DE TON ENFANT

Nous avons parfois l’impression que parentalité positive rime avec aucun conflit. Et pour ne pas être dans le conflit avec son enfant, il faut absolument chercher à satisfaire tous les besoins de ton enfant, ne jamais vouloir le contrarier ou le frustrer, toujours vouloir lui proposer une alternative.


Mais c’est faux !


En faisant cette erreur, tu as toutes les chances de tomber dans le laxisme. Ce que tu ne veux évidemment pas !


Si tu aspires à une réelle harmonie dans ta famille, ne cherche donc pas à satisfaire tous les besoins de ton enfant, au détriment de tes propres besoins.



ERREUR N°2 : ESSAYER DE RESSEMBLER A QUELQU’UN QUE NOUS NE SOMMES PAS

Nous sommes tous influencés par les réseaux sociaux sur lesquels on voit la manière d’être de tous les parents « bienveillants » et « positifs » en apparence : jamais crier, être 100% dispo et réceptif à chaque demande de leurs enfants, préparer des activités Montessori, confectionner des plats maison et sains, jouer pendant des heures aux petites voitures, à des jeux de société ou lire des dizaines de livres avec toujours la même énergie positive …

Je pourrais te citer des exemples comme ça pendant des heures, mais je crois que tu as bien compris l’idée !


Cette influence est dangereuse car elle t’éloigne de cette sérénité à laquelle tu aspires. En effet, courir après un idéal et une perfection est épuisant. Mais le pire, c’est que cet idéal et cette perfection que te renvoient les réseaux sociaux n’est qu’une image, qu’un leurre car ces personnes là ne te montrent que ce qu’ils ont bien envie de te montrer.


Alors, ne focalise pas ton attention sur la vraie-fausse vie des gens sur internet, mais plutôt sur toi, ton enfant et ta famille en général.


On a tous des préférences, des choses qu’on aime pas faire, d’autres qu’on aime faire. Et c’est parfaitement normal ! Ne te force donc pas à faire des choses/des activités qui ne te correspondent pas, ou que tu fais à contre-cœur.

Les parents parfaits n’ont pas d’enfant. (Jane Nelsen)

 

ERREUR N°3 : FAIRE LA COCOTTE-MINUTE

Voilà une situation que tu as déjà rencontrée, j’en suis certaine !


  1. Tu demandes à ton enfant de s’habiller le matin avant d’aller à l’école.
  2. Vous êtes déjà juste au niveau du temps, limite en retard.
  3. C’est la course, tu essayes de te préparer en même temps.
  4. Tu t’efforces de penser à tout ce que tu aurais pu oublier.
  5. Tu reviens voir ton enfant après quelques minutes et tu te rends compte qu’il ne s’est toujours pas habillé.
  6. Tu lui redemandes gentiment de s’habiller car vous allez être en retard.
  7. Il ne te répond pas, comme si tu n’avais pas parlé et rien demandé.
  8. Il se s’habille toujours pas.
  9. Tu essayes des alternatives positives comme on le recommande en parentalité positive : tu lui proposes de choisir entre plusieurs tenues.
  10. Il ne veut ni choisir, ni s’habiller.
  11. Tu commences à sentir la pression monter, entre le fait d’être en retard et qu’il ne t’écoute pas.
  12. Tu te dis intérieurement de rester calme et tu proposes d’autres alternatives, mais c’est toujours un refus.
  13. Là c’est trop. Tu exploses.
  14. Tu cris, tu finis par habiller toi-même ton enfant mais avec empressement et agacement.
  15. Et évidemment la dernière étape, c’est la culpabilité. Car instantanément après s’être emporté, on s’en veut, on regrette ce qu’on a dit, ce qu’on a fait.


Voilà donc la cause principale de tes énervements, de tes cris parfois disproportionnés par rapport à la situation et au comportement de ton enfant : le phénomène de la cocotte-minute.


Pour conclure, faire la cocotte-minute (ne pas exprimer ses besoins à l’instant t), ne t’aide pas à être serein au quotidien. Car si tu fais la cocotte-minute, c’est que tu ne parviens pas à reconnaître tes émotions et besoins, à les exprimer et/ou à les faire respecter.

 

 

ERREUR N°4: UTILISE LA PARENTALITÉ POSITIVE POUR MIEUX MANIPULER TON ENFANT

Un point bref, mais un de plus important !


Si tu utilises la parentalité positive pour manipuler ton enfant en douceur vers ce que toi tu veux qu’il fasse, sans prendre en compte ses besoins, alors ça ne peut pas fonctionner.


La parentalité positive, selon ma définition, est l’équilibre entre les besoins de ton enfant et tes propres besoins. Cela signifie bien qu’il faut prendre en compte les besoins de ton enfant.


Ce point rejoint l’erreur n°1 : il ne s’agit pas de combler tous les besoins de ton enfant au détriment des tiens, mais pas l’inverse non plus. Il s’agit de trouver le juste équilibre entre les besoins de tout le monde.

Vouloir manipuler ton enfant pour satisfaire tes propres besoins t’éloigne fatalement de cet équilibre et de cette sérénité dans ta famille auxquels tu aspires.



ERREUR N°5 : APPLIQUER LES ASTUCES DE PARENTALITÉ POSITIVE SANS COMPRENDRE LA CAUSE DU PROBLÈME

Voilà donc la dernière erreur : à chaque fois que tu rencontres une situation difficile, ton premier réflexe est de chercher des astuces soit sur internet, soit auprès d’autres personnes, soit dans des livres.


Le point commun à tout ça ? Tu cherches des solutions ailleurs qu’en toi et en ton enfant. Or vous êtes tous les deux concernés par la situation. Une astuce ne peut convenir à tous les parents et les enfants de la planète.

C’est donc pour cela que tu te retrouves à essayer des dizaines d’astuces qui, parfois fonctionnent, parfois fonctionnent quelques jours, et parfois ne fonctionnent pas du tout .

Alors pourquoi ? Tout simplement, parce qu’une astuce n’est utile que si tu as compris la cause et l’origine du problème que vous rencontrez.

Pour t’illustrer, imagine que tu penses que ton enfant a froid. Alors tu vas chercher des astuces pour lui faire mettre un pull parce qu’il le refuse. Lui proposer un choix limité par exemple. « Tu veux mettre ton pull rouge ou ton pull bleu ? ». Il refuse toujours. Tu vas donc penser que cette astuce ne fonctionne pas. Or ce n’est pas le cas. Peut être est-ce tout simplement parce qu’il n’a pas froid, mais qu’il est fatigué ?

Voilà donc pourquoi il est PRIMORDIAL de comprendre l’origine et la cause de chacun des problèmes que nous rencontrons AVANT de chercher à les solutionner par des astuces.



Pour te faire accompagner sur le chemin de la parentalité positive, retrouve ici tous les formations et accompagnements : https://lequation-familiale.com/ateliers-accompagnement/

Tu devrais aussi aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.